Quand le coronavirus complique vos assurances

Coronavirus

Depuis décembre 2019, le Coronavirus a touché près de 80 000 personnes et fait 2248 morts. Les chercheurs s’efforcent de mieux connaître le virus et d’arrêter sa propagation. Le ministre de l'économie française Bruno Le Maire a annoncé que le gouvernement allait mettre en place des "mesures de trésorerie" pour aider les aider les entreprises françaises en difficulté à cause de l'épidémie de coronavirus. De quelles difficultés est-il question concernant les assurances touchées ? Le virus est-il une exclusion de garantie ?


 

Les assurances concernées

Touristes ou entreprises, vous allez avoir du mal à vous faire dédommager. Si vos voyages d’affaires, touristiques ainsi que vos chaînes d’approvisionnement ont été complètement perturbés ces dernières semaines, ce n’est pas pour cela que vous obtiendrez dédommagements. En effet, il est peu probable que vos assurances annulation, multi-voyages, interruption de séjour etc.., souscrites lors de l’achat de votre voyage couvrent les épidémies. En revanche, vous pourrez peut-être faire jouer les garanties proposées par la carte bancaire utilisée pour payer votre séjour.  

 

Le Coronavirus : une exclusion de garantie au titre d’épidémie

Les épidémies sont généralement exclues des garanties couvertes. Il y a fort à parier donc que vous n’ayez aucun recours contre les compagnies aériennes qui ont réduit le nombre de vols ou stoppé les liaisons avec la Chine. En effet, les épidémies sont un motif d’exclusion de garantie classique des dispositions des polices d’assurance couvrant les maladies transmissibles.

En cas de demande de remboursement, les assureurs pourraient aussi mettre en avant le respect des mesures de sécurité : si vous voyagez vers la Chine en ne respectant pas les consignes du gouvernement, alors vos assurances ne seront pas valides. 


 

Une couverture au coût prohibitif

En ce qui concerne les professionnels qui auraient contracté le virus lors d’un voyage d’affaires,  il est fort probable que leur entreprise n’ait pas souscrit à des assurances spécifiques en raison de leur coût prohibitif.